Blogovnitude : trouver le goût de vivre sa vie

Parmi les mots du glossaire du concept Blogovnia, certains nécessitent un approfondissement. C'est le cas de la blogovnitude qui fait l'objet ici d'une description détaillée. Bonne lecture ! 😉

Introduction & sommaire

Tout est imbriqué. La blogovnitude, mon concept pour trouver le goût de vivre, est à la fois le produit de mes récits et son moteur. Quand j'écris, je me sens mieux, mais l'acte d'écrire s'inscrit dans une démarche globale de bien-être intérieur. Pour trouver le goût de vivre ma vie, j'ai inventé le concept de « blogovnitude ». Que cache-t-il ? Quel est son objectif ? Nous verrons ensuite les axes plus en détail et les cycles induits.

 

Sommaire
Questionnement de départ
Comment trouver le goût de vivre sa vie ?
Objectif
Relativiser, prendre sur soi : des changements qui demandent des efforts
Liens externes
Les 4 axes plus en détails
Les cycles de la blogovnitude

Questionnement de départ

En effet, nous n'avons pas demandé à naître : nos parents s'en sont chargés pour nous. Dès lors, du passage de l'enfance à l'âge adulte apparaît LA question : qui suis-je ? Celle-ci induit des hypothèses :

  • pour quoi suis-je fait ?
  • quels sont mes désirs & besoins profonds ?
  • qu'est-ce qui m'attire ?

En définitive, y répondre permet de s'aimer, d'aimer notre présence sur la planète, et donc d'avoir le goût de vivre.

Comment trouver le goût de vivre sa vie ?

Pour moi, la blogovnitude est une progression psychologique et philosophique qui tient en quatre axes :

  • la maîtrise des 24 émotions > voir la chronologie des romans
  • une prise de recul spirituelle et analytique
  • des pensées alternatives à celles négatives
  • un esprit sain dans un corps sain
trouver le goût de vivre
Schéma des 4 axes de ma blogovnitude

Objectif

L'objectif de ces quatre axes est finalement de RELATIVISER ce qui nous arrive.

  • Relativiser, c’est remarquer le beau et le bien dans notre vie quotidienne.
  • Malgré les heurts et malheurs, il y a toujours des éléments positifs.
  • On s’améliore constamment.
  • Ainsi, on (re)trouve le goût de vivre sa vie.

Les synonymes qu'on pourrait employer sont : positiver, évoluer, s'améliorer, s'adapter.

Relativiser, prendre sur soi : des changements qui demandent des efforts

MAIS… appliquer la blogovnitude demande du courage, de l'abnégation. En bref, Il faut le vouloir vraiment ! Le bonheur demande des efforts. Aimer sa vie sous-entend d'accepter de changer, de modifier des comportements malhabiles pour adopter des cercles vertueux.

Et vous, quelle est votre blogovnitude ?

Liens externes

Retrouver le goût

Après un traumatisme

Les 4 axes plus en détails

Voyons maintenant les 4 axes de ma blogovnitude.

La gestion des émotions implique premièrement d'accepter l'émotion qui m'arrive. Par exemple « j'ai peur » ou « je suis en colère ». Pour éviter que l'émotion me submerge ou qu'elle me stresse à force d'être refoulée, je la verbalise. Ainsi, je l'accepte, et je m'admets comme humain. Deuxièmement, c'est de réfléchir et de comprendre pourquoi je ressens ça à ce moment-là, dans cette circonstance.

La prise de recul spirituelle et analytique consiste d'une part à lâcher-prise sur les événements, d'admettre l'incontrôlable. D'autre part, c'est de réfléchir à mon parcours de vie, à tous ces petits événements que j'ai tus mais qui finalement impliquent des comportements inadéquats. Par exemple de trouver que ma peur du contact social provient d'une peur enfantine. Enfin, la prise de recul s'active par la lecture d'ouvrages de psychologie, de philosophie, ou de tout livre qui nous fait réfléchir.

Les pensées alternatives sont le socle du changement de la blogovnitude. Par exemple, en contrepartie des sempiternels rabâchements « je ne vais pas y arriver, je suis nul à ça », je me mets en mode positif/alternatif. Je peux aussi voir la situation comme ceci : « la situation est certes nouvelle, mais je vais réussir à trouver de nouvelles solutions, comme je l'ai toujours fait ».

Un esprit sain dans un corps sain met l'accent sur l'étroite relation établie entre le corps et la tête. On ne peut pas changer si on ne fait pas un minimum d'activité physique. Le sport possède un fort effet bénéfique sur le moral, par la satisfaction de repousser toujours plus loin ses résultats. Mais simplement monter tous les jours les escaliers de mon immeuble est un bon point de départ. La méditation, l'hypnose, toutes les méthodes de relaxation offrent un complément indispensable.

Les cycles de la blogovnitude

Dans le schéma précédent, il est question de « Moi de départ » et de « Moi d'arrivée ». À quoi correspondent-il ? Tout simplement le début que je donne à ma blogovnitude et sa fin, c'est-à-dire quand j'estimerai avoir suffisamment changé et/ou trouvé la bonne voie.

On peut extrapoler en disant que le début, c'est la naissance, et l'arrivée, la mort. Mais on peut dire aussi que notre vie est une succession de plusieurs cycles qui s'enchevêtrent ou se succèdent, dans l'espace et dans le temps. Les cycles d'un individu chevauchent ou juxtaposent ceux d'autres individus. Mais aussi toutes les espèces entre elles, et les espèces avec les biotopes qui les portent. Les cycles d'un individu sont aussi multiples dans le temps : celui de la naissance/mort, mais aussi début enfance/fin enfance, début adolescence / fin adolescence etc.

trouver le goût de vivre
Enchevêtrement des cycles de la blogovnitude dans l'espace
trouver le goût de vivre
Enchevêtrement des cycles de la blogovnitude dans le temps

On obtient au final le schéma ultime de Blogovnia :

trouver le goût de vivre
Schéma de Blogovnia, celle qui englobe le tout
Tout est intriqué : ma vie avec la vie des autres, avec la vie des animaux, des plantes, avec la vie de la planète. La conclusion : trouver le goût de vivre sa vie, c'est trouver le moyen de s'aimer soi, mais aussi d'aimer autrui, et toute forme de vie.
retourner vers le glossaire ; le chemin pour trouver le goût de vivre

Autres définitions

Vous venez ? On retourne au glossaire pour voir les autres mots.